Le pays du sourire

Bienvenue sur mon blog

29 mai, 2008

La maison de Jim Thompson à Bangkok

Classé dans : voyages — sawadeekrap @ 3:14

 

 

 

 

Ignorant (presque totalement) qui était Jim Thompson et pensant qu’il s’agissait encore d’une simple attraction touristique autour d’une personnalité locale d’intérêt limité, j’étais un peu réticent à la proposition de Christian d’aller voir de plus près cette maison qui est sur tous les guides de Bangkok.

J’avais tout faux et heureusement que nous avons fait la visite (et merci Christian !). En plein centre-ville, se trouve un hâvre de paix au fond d’une impasse, un joli jardin exotique enserrant plusieurs petits bâtiments de style thaï.

entre.jpg
(la maison principale vue de l’arrière, en fait devant l’entrée principale)

Je ne me doutais pas de l’importance de Jim Thompson, « l’américain le plus légendaire de Thaïlande », qui a la fin de la 2ème Guerre mondiale, s’est épris profondément du Siam et en a fait son pays d’adoption. Il est devenu la source du redéveloppement de la soie thaï, savoir-faire ancestral alors tombé en désuétude.

Personnage fascinant et complexe, ancien agent de l’OSS (ex-CIA), grand amateur et collectionneur d’objets d’art les plus rares, graphiste de grand talent, industriel d’importance internationale à la suite de la création de sa société (la « Thai Silk Company ») à la fin des années 40, Jim Thompson est devenu définitivement une légende en disparaissant mystérieusement lors d’un week-end chez des amis en Malaysie en avril 1967. Personne n’a retrouvé sa trace depuis, et en raison de son passé « d’agent secret », son importance au sein de la société thaïlandaise et de la famille royale, ses affinités politiques,…les hypothèses les plus folles ont circulé pendant des décennies sans trouver d’explication sérieuse. Le mystère reste entier, on peut seulement déduire avec certitude qu’à l’heure actuelle Jim Thompson (né en 1906) doit être mort de toutes façons.

La propriété est de nos jours un musée à deux pas du Sky Train, et la maison d’habitation est une merveille de mélange très réussi d’architecture traditionnelle et occidentale, qui en font un endroit unique. La quiétude et la beauté des lieux donnent curieusement l’impression que le maître des lieux est toujours présent.

Des visites guidées (obligatoires, mais seulement pour 2 Euros) en français sont organisées, et nous avons eu une jolie jeune fille thaï qui nous a fait apprécier avec beaucoup d’humour toutes les richesses et détails de la maison, des objets exposés et de son jardin. Malheureusement, aucune photo n’est permise à l’intérieur de la demeure (sauf une que j’ai pu « voler » à la sauvette ci-dessous ! Les autres sont extraites de sites touristiques sur la demeure).intrieur.jpg
La structure de la maison est réalisée en bois de fer, une essence dure comme le métal, les murs, les sols et les plafonds sont entièrement en teck (les panneaux sont anciens, car récupérés sur de vieilles demeures en ruines ou acquis auprès d’antiquaires), le tout sans aucune cheville, ce qui explique pourquoi les encadrements des portes et fenêtres sont légèrement plus étroits aux faîtes afin de renforcer encore plus la structure du bâtiment, en ajoutant une esthétique très originale. Les seuils des pièces sont surélevés comme les cabines de bateaux, non pas comme on pouvait le penser, pour éviter la présence de bêtes, mais servant de barrière invisible aux mauvais esprits (!).

salon1.jpg

On remarque l’escalier intérieur, aménagement à l’occidentale ordonné par Jim Thompson, car les maisons traditionnelles ont toujours leur escalier à l’extérieur du bâtiment.escalier.jpg

Les pièces ne sont pas très grandes, mais somptueusement décorées (Jim Thompson organisait ses fabuleux dîners plutôt sur la veranda à l’avant de la maison, bien qu’il y ait une très jolie salle à manger pour les dîners en petit comité)

sallemanger.jpg

 

salon2.jpg
Au rez-de-chaussé, un lobby ouvert permettant sans doute de trouver un peu de fraîcheur, est décoré de beaux panneaux de bois finement sculpté, de précieuses céramiques anciennes et quelques jolies statues en provenance de pays voisins et de Chine.

lobby1.jpg

 

 

 

potiche.jpg
(« les 2 potiches » !)

les 2 jarres chinoises au sol servaient de chauffage; remplies de braises, la chaleur était diffusée par les multiples orifices

 

chris.jpg
(une pose très naturelle de Chris ! )

En dehors de la résidence, la propriété comporte quelques bâtiments annexes pour les invités et le gardien, dont certains sont transformés pour l’accueil, un musée présentant des expositions temporaires d’artistes et une (très belle et chère) boutique.

Bref, une visite très agréable pour échapper au tumulte de la ville et un plaisir des yeux que nous vous recommandons lors de votre prochaine visite à Bangkok…

 

14 juillet, 2008

Les « quarante sont cuites » pour lui aussi !!

Classé dans : Anniversaire — sawadeekrap @ 4:20

lasoupe.jpgà la soupe !anniedominique.jpgjchantalannie.jpgkids2.jpglaurentchantal.jpglaurentnathalienicolas.jpglucas.jpgmaison.jpgmaison2.jpgmaryse.jpgmiam.jpgnathaliefrancislaurent.jpg

pasterriblecettesangria.jpg

pas terrible cette sangria !

ohmaisilarepris2foisdeshuitreslui.jpg

comment ça pas terrible ma sangria ?!!

platdefte.jpgromain.jpgtabledefte.jpgtable de fêtesquencemotion.jpgséquence émotionmaryse2.jpglaurentthierry2.jpgjadejules.jpgjaumesjuniors.jpgkids.jpgcorentin2.jpgfrancisnathalietony.jpgcaketime.jpgremiam.jpgromain2.jpgnicolas.jpgroosevelt.jpg

15 juin, 2008

Le Banyan Tree Hotel à Bangkok

Classé dans : voyages — sawadeekrap @ 23:36

 

Après la sérénité de Koh-Samui, retour vers la capitale que nous avions aperçu par son aéroport ultra-moderne à l’architecture « serpentaire », vue de l’extérieur.
bkkairport.jpg

Premier problème, trouver un taxi qui nous amènera au Banyan Tree situé dans New Sathon Road en plein coeur de la ville.

Bien qu’un panneau dans la zone des bagages nous conseille de prendre un « taxi-meter », nous n’évitons pas la confusion du touriste de base et acceptons l’offre d’une des nombreuses personnes qui attendent le pigeon pour se faire véhiculer dans ce que nous croyons être les fameux taxis officiels (mais en fait non, ce sont les fameuses voitures « sauvages » dont on était mis en garde !). Après tout, 800 Baths péages compris (16 Euros) nous semblent une aubaine pour parcourir les 35 km, comparés au 60 Euros que nous paierons pour rentrer de Roissy à chez nous quelques jours après. Erreur ! la course coûte seulement la moitié en réalité ! Mais bon, le chauffeur conduit vite, la circulation assez fluide, mais on sent qu’on tourne en rond. Le chauffeur nous redemande le prix que « son patron » a annoncé (car c’est sûr c’est selon la tête des clients et on devait avoir celles d’abrutis), nous fait répéter le nom de l’hotel en l’écorchant, mais bon on se dit que c’est à peu près ça…3/4 d’heure plus tard, on débarque au pied d’un bâtiment plutôt sinistre, le chauffeur répète « Anyan Tee » (on suppose toujours qu’il a du mal à prononcer les consonnes), mais rien à voir avec le « fabuleux » bâtiment vu sur les photos en réservant ! Quelques personnes sont devant l’entrée avec des fauteuils roulants, un lobby éclairé de néons glauques, une ou deux infirmière, c’est quoi cet endroit ??? Le chauffeur commence à sortir pour ouvrir le coffre et prendre nos bagages; on rétorque « non, ce n’est pas là »; on s’aperçoit de la méprise : c’est un hôpital bien sûr (on a sûrement la tête de personnes qui vont se faire hospitaliser pour un petit lifting pas cher ??) dont le nom est presque similaire à notre hôtel. Nous reprécisons le nom (sourires du chauffeur et des « sorry » à répétition, le pauvre), il trouve une liste d’hotels avec des numéros de téléphone, appelle sur son portable (pn pense qu’il doit se faire donner le chemin en thaï), nous repartons, ouf ! On a l’avantage de faire une balade supplémentaire pour une demi-heure de plus (notamment nous voyons une rue hallucinante avec des centaines de moteurs de voitures sur les trottoirs, on recycle ou on répare ici c’est sûr) avant d’arriver enfin devant l’entrée de notre hôtel qui domine de ses 61 étages, impressionnant…

banyantree.jpg Toujours dans notre bonté, on arrondi à 1000 Baths (20 Euros), c’est tout juste si notre chauffeur ne nous baise pas les pieds !

Ensuite, un tourbillon nous entraîne (entre la sortie du taxi et l’arrivée dans notre « suite » = 5 minutes maximum) : remise de jolis bracelets tressés de jasmin et de roses, bienvenue du portier, des bagagistes, enregistrement express à la réception, visite guidée de la chambre par le gouvernant….tout s’est passé en un éclair, quelle efficacité, mais on n’a presque rien vu de l’immense et beau lobby que nous découvrirons plus tard

banyantree6.jpg

Les couloirs aux étages sont feutrés avec une jolie décoration végétale et des consoles d’inspiration « années 30″ (à l’asiatique sans doute),
banyantree2.jpg

comme la chambre, plutôt luxueuse et confortable, bien que plus petite que sur les photos (sacré grand angle, voir la photo du site officiel et la nôtre ci-dessous) et trop encombrée de meubles inutiles (un bureau « de ministre », pourquoi faire ? ), de belle qualité, mais au style dépassé et un peu usés (« même pas un plasma », mais 2 télés cathodiques dans le salon et côté chambre).suite.jpgça parait grand non ? (mais il y a un miroir !, ah !ah ! )

banyantree3.jpg

Une belle salle de bains en marbrebain ou douche ? garnie de petites trousses de toilette avec plein de choses dedans (peigne, brosse à cheveux et à dents, dentifrice, coton tiges,…), des gels douches, shampoing, body lotion « bio » dans des flacons zen à pompe, les peignoirs et les mules + 2 kimonos pour jouer les Madame Butterfly si on veut (il est signalé que tout peut être acheté à la boutique, malin), des bouquets d’orchidées, des bouteilles d’eau « complimentaires », et même : des bâtons d’encens et des huiles d’ambiance parfumées (un parfum différent tous les jours), une corbeille de fruits, le Bangkok Post et des infos quotidiennes éditées par l’hôtel…et surtout une vue spectaculaire au 36° étage (la réservation précisait que notre type de chambre était situé entre le 41° et le 51° étage, mais bon, Christian a déjà le vertige).

banyantree4.jpg

On découvre la piscine (qu’on n’aura pas le temps d’essayer, hélas)piscine3.jpg
et on attend de pouvoir prendre un verre au dernier étage à ciel ouvert et au 61° étage de l’hotel que j’ai choisi pour notamment cette raison (en revanche le restau se prend pour le Ritz au niveau prix et cela ne vaut pas vraiment la peine pour un dîner). Cela sera pourtant un plaisir gâché par un incident qui nous a vexé (moi plus que Christian d’ailleurs), raconté ci-dessous :vertigo2.jpg
Nous n’ignorions pas qu’il y avait un « dress code » pour tous les différents restaurant de l’hôtel; sans aller jusqu’à la cravate, une tenue correcte est exigée, c’est normal pour un ***** (à l’asiatique). Les sandales semblaient ne pas être admises, mais on pensait que cela correspondait aux gens avec les shorts et autres débardeurs. Donc on s’habille super smart, moi tout en blanc et Christian en « total black », MAIS avec des sandales (en cuir), l’ensemble pensions-nous étant tout de même très chic. GROSSIERE ERREUR !! A l’accueil, on nous sort -toujours avec courtoisie et sourire cependant, mais avec des pincettes type spéculum- deux paires de vieilles galoches en cuir marronasse (qui puaient vaguement des pieds en plus) pour ranger nos superbes sandales (avec les mêmes pincettes, comme si on était des clodos). Bonjour l’allure avec nos chemises et pantalons en lin repassés de frais !! Pas d’alternative que de retourner à la chambre nous chausser autrement ou accepter cette « humiliation », donc on oublie et on monte au dernier étage jusqu’à la terrasse (péniblement, les galoches ne tiennent pas aux pieds et j’ai l’impression de marcher avec des palmes), pour découvrir :

1/ que les baskets dégueulasses passent le contrôle sans problème (l’essentiel c’est que les chaussures soient fermées, un point c’est tout),

2/ le comble : la terrasse est si sombre (ce qui est beau d’ailleurs pour voir la ville illuminée autour) que le serveur nous apporte la carte des cocktails accompagnée d’une mini-torche pour la lire (alors pour les pieds, il faut certainement avoir des lunettes à infrarouges pour les voir)

Si ce n’était la vue spectaculaire…les cocktails sont juste OK sans plus et à 7 Euros ça paye les ascenseurs et le prêt des « grolles »
Bref, il se la pête un max, et c’est dommage pour un hôtel de type international, cependant, le seul point noir, le reste est très bien, et nous avons particulièrement apprécié le somptueux breakfast servi (avec empressement) dans une immense salle à l’entresol, donnant sur un jardin intérieur avec cascade.

Koh-Samui

Classé dans : voyages — sawadeekrap @ 14:50

 

Après quelques (nombreuses) heures d’avion, nous arrivons (un peu hébétés) dans l’aéroport ultra-moderne de Bangkok (BKK pour les initiés !) pour reprendre un autre vol, destination « Koh Samui » pour 8 longs jours de plages paradisiaques.

L’aéroport local est flambant neuf, des travaux sont en cours avec nous le découvrirons au retour la construction d’allées de boutiques en plein air, très chics;cela change d’après les commentaires de nos amis qui y sont allés il y a quelques années, Koh-Samui aurait-elle des ambitions de la nouvelle Ibiza thaïlandaise ??! (il faut dire qu’avec 16 vols quotidiens de Bangkok, c’est déjà un signe de « tropezition »)

aeroport de Koh Samui

 

Tout se passe bien , le taxi nous attend avec une pancarte, premier sourire, premier bonjour…Le voyage dure une bonne demi-heure sur des routes longées par de nombreuses baraques plus ou moins délabrées; nous ne sommes pas encore dépaysés, cela ressemble encore à n’importe quel pays des Caraïbes, cocotiers, chaleur poisseuse (heureusement que le taxi est climatisé), routes un peu défoncées mais plutôt bonnes, circulation dense mais fluide (le chauffeur conduit vite) . On est un peu hors-saison touristique, mais il y a du monde sur la route, beaucoup de scooters, on sent une activité trépidante, sans énervement, on est en vacances et contents d’être là.

 

Enfin, nous arrivons au KANOK BURI « reezôrtt », situé à l’ouest de l’ile, très loin de l’agitation de Cheaweng et près de la capitale «  »officielle » qui s’appelle NATHON; c’est un petit mais bel édifice à l’architecture thaï, au lobby ouvert et spacieux, pavé de marbre luisant et de meubles en bois en teck rutilants (l’établissement a ouvert en 2007)

 

 

03entreekanokburi.jpgun jour de pluie sur les 2 du séjour

Une gracieuse jeune femme au doux sourire (Miss Kung dit le badge, mais est-ce bien son nom ? Nous la reverrons avec un autre badge les jours suivants, à moins qu’elle n’ait une soeur jumelle ??) nous souhaite la chaleureusement la bienvenue avec les mains jointes à la façon thaïe (notre premier « sawadee » que nous apprécierons toujours à chaque fois), nous fait asseoir avec un léger rafraîchissement et nous fait remplir les habituelles cartes d’enregistrement.lobby.jpg

 

 

lobby2.jpg
Quelques minutes plus tard, nous serpentons avec notre hôtesse à travers un jardin tropical étroit, mais très fleuri et luxuriant pour atteindre notre « pool villa ». Nos (lourdes) valises seront apportées très vite par un employé; super, on est un peu harassés par le décalage horaire et nos deux vols successifs

 

jardin2.jpg
tout est calme et beau, la chambre est au diapason, joliment décorée, un beau parquet, une impression immédiate de sérénité, un coin salon avec quelques fruits de bienvenue, tout le confort moderne au bout du monde !

 

salon.jpg
La salle de bains est immense avec une baignoire où on peut certainement être à 3 dedans (!), + 1 douche multijets,des peignoirs, des mules, des serviettes à profusion bien rangées, et même un sac de plage très choupette !

sdb.jpg

 

statuette.jpg

 

La porte-fenêtre fait face au magnifique lit-baldaquin (décoré par 2 serviettes pliées en cignes qui forment un coeur, waouh la classe !)

 

chambre.jpg
qui donne sur la verdure avec au premier plan : notre piscine « privée »,piscine1.jpg

 

décorée ça et là de mignonnes petites statuettesfille.jpg fille2.jpg

 

Nous sommes en fait à 20 m de la plage de sable blond et déserte

 

vue1.jpg,(nous en aurons la confirmation plus tard, à part une construction ou 2 aux alentours, nous sommes le seul hotel du coin et c’est tant mieux, bien que cela risque de ne pas durer dans les années à venir, aux vues de 2 chantiers à quelques centaines de mètres)

 

Il y a aussi une belle piscine entre la plage et notre chambre (le tout à donc quelques mètres de distance)piscine2.jpg

 

Le Kanok Buri possède aussi un restaurant agréable et ouvert, face à la plage

resto2.jpgoù nous prendrons nos petit-déjeuners et (finalement) tous nos dîners face à cette vue apaisante avec le bruit des vagues (et malheureusement des Bee Gees et autres standard internationaux d’ascenseurs)

 

resto.jpg

 

Une bonne douche rafraîchissante et hop premier transat sur la plage avec un bon livre, les vacances commencent ! Le jour tombe tôt sous ces latitudes et vers 18h30, nous assistons à un beau coucher de soleil.

 

coucher de soleil
L’heure du dîner approche et nous essayons la carte du restaurant, très variée mais sans trop d’explications (le personnel est gentil et répond aux questions, mais on ne comprend toujours pas bien !) ; il me tarde pourtant de me mettre à l’heure thaïlandaise côté saveurs, pas trop épicées si possible; mon plat au crabe très bon et le sourire du personnel est toujours omniprésent, quel bonheur…Jusqu’au lendemain matin : l’horreur d’une allergie devant le miroir, mon corps est entièrement recouvert de plaques rouges en relief; panique, est-ce le crabe ? d’après mon médecin contacté par mail sur le BlackBerry de Christian (merci Chouchou), il pourrait simplement s’agit d’une allergie au soleil; une première pour moi et au début du séjour en plus. Quelques antihystaminiques plus tard (merci encore Christian !) et dès le lendemain, cela se calmera, ouf !

 

Premier petit-déjeuner copieux, nous avons décidé de nous poser quelque temps avant d’arpenter les curiosités de l’île. Donc, feignasse-days, crème à bronzer, lecture, assoupissements, ça fait du bien. L’hôtel est d’un calme serein, il ne semble en plus pas complet (25 chambres en tout et pour tout de toute façon, et 5 ou 6 « guests » en vue, discrets, on s’ignore presque, mais bon) et ce n’est pas du tout l’ambiance club avec musique qui braille ou autre jeux apéros autour de la piscine, le rêve !sirene.jpg

 

La maison d’à côté, nous l’apprendrons, loue son espace pour des mariages et on a aperçu une mise en place : chaises juponnées, arceau fleuri, mais nous ne verrons pas la réception (qui a eu lieu quand ?), dommage, cela avait l’air top et « so romantic »mariage2.jpgmariage.jpgmariage3.jpg

 

On se décide ensuite à voir un peu de pays et l’hôtel nous propose des scooters à un prix super raisonnable (3 Euros la 1/2 journée)…à nous la liberté !

scooter.jpg

 

 

scooter2.jpg(nous n’avons pas vu cette ferme de serpents, les reptiles me donnent froid dans le dos, même en photos, regardez mon sourire un peu crispé !)

 

Commençons par le plus évident sur les guides : le fameux Big Buddha de Koh-Samui, hyper touristique, mais tellement monumental et impressionnant.

bigbuddha2.jpgbigbuddha4.jpg

 

Du haut des escaliers, on a un beau point de vue sur la baie, avec les cloches que les pratiquants font sonner avec un bâton ou tout autre objet, paraît-il pour attirer les faveurs des dieux (?)bigbuddha3.jpg

 

Il fait très chaud « à terre » et nous repartons pour d’autres lieux, la chemisette au vent. Big Buddha est situé au nord-est de l’Ile sur une langue de terre, entre l’aéroport et le village des pêcheurs (Bo Phut) que nous verrons plus tard; nous essayons de repartir vers l’Ouest, un peu perdus et tombons par hasard sur un lieu que nous n’avions pas vu sur la carte (Wat Plei Laem), qui regroupe 4 temples dans un seul et grand espace, étincelants car neufs (un 5ème est en construction)

étonnant Bouddha hilarewatplailaem.jpg

 

watplailaem2.jpgmerveilles des détails polychromes

 

Un lac artificiel entoure un des temples, où des centaines de carpes apparaissent dès qu’on leur jette du pain ou de la nourriture vendue à proximité, ce qui semble beaucoup amuser les familles venues pique-niquer. Un groupe de jeunes filles nous demandent d’où on vient. Elles nous répondent d’un « bonjour » en français en éclatant de rire, charmantes et si jolies. watplailaem32.jpg

 

watplailaem42.jpgUn Buddha gigantesque encore semble vouloir nous accueillir dans ses bras multiples.

 

Les bâtiments au-dessous semblent être destinés à des réceptions (ou des offices ?). L’endroit est paisible et spectaculaire.

 

 

Nous reprenons la route avec notre liste de curiosités à voir, la chaleur est intense quand on ne roule pas ! Des petites routes secondaires, sans presque de circulation, sont les bienvenues, bordées de maisons neuves et d’autres en piteux état, Koh-Samui se développe, tourisme oblige; de jolies pancartes de routes panneau.jpget de portails richement décorés (entrées de lotissements ou de villages sans doute) ponctuent notre baladeporteil village

 

des champs de cocotiers (l’île est le premier fournisseur de noix de coco du pays et des tonnes en sont acheminées chaque jour vers Bangkok)

 

De multiples temples et pagodes sillonnent le paysage, comme celle de Laem Sor, au bord de la mer pagode de Laem Sor

 

 

 

Guadeloupe-hebergement-loca... |
974run |
Le Nîd Gâtinais |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Malété juillet 2008
| C H I C A G O
| A la découverte de Taïwan...